Archives mensuelles : mars 2013

La chondrite de Cheliabinsk

Par Thomas Breton, Doctorant, ENS de Lyon

Le 15 février 2013 au matin, l’impressionnante chute d’une météorite surprenait la population de Chelyabinsk (Russie) et de ses environs, à 9h22 (heure locale). Son explosion à une vingtaine de kilomètres d’altitude a entrainé de nombreuses blessures et destructions matérielles.

Nous résumons ici quelques données au sujet de cet astéroïde, provisoirement nommé Chebarkul, du nom de la ville dans laquelle la masse principale semble être tombée et désormais officiellement nommée Chelyabinsk. Malheureusement, elle est tombée dans un lac, créant un trou de 6 mètres de diamètre dans la surface gelée.

imageCette météorite est aujourd’hui recensée officiellement par la Meteoritical Society.

D’après le Meteoritical Bulletin MB101, il s’agit d’une chondrite ordinaire LL5 S4 W0.
Sa vitesse d’entrée dans l’atmosphère est autour de 18 km/s, mais avant son explosion, elle est freinée jusqu’à moins de 200 m/s. Sa masse est estimée à 11 000 tonnes pour un diamètre de 18 mètres et une densité de 3600 kg/m3.

En explosant à 25-30 km d’altitude une trentaine de secondes après son entrée dans l’atmosphère, elle aurait libéré une énergie de 500 kT, ce qui correspond à peu près à 30 bombes atomiques. Le souffle de l’explosion a fait environ 1500 blessés indirects (chute d’objets, explosions de vitres) dont deux graves et plus de 7000 bâtiments ont endommagés.

D’après les premières analyses, cette chondrite ordinaire (LL5), contient 10% de fer, des silicates (olivines et orthopyroxènes) et des sulfures (troïlite). Elle présente aussi d’abondants chondres (63%) qui peuvent mesurer jusqu’à 2 mm de diamètre (0.93 mm en moyenne). Enfin, de nombreuses veines contenant du verre d’impact, des fragments de la météorite et des morceaux de chondres témoignent de la violence de l’impact qui a arraché cette météorite à son corps parent il y a plusieurs centaines de millions d’années.

Des calculs de trajectoires précis ont pu être effectués grâce au grand nombre d’enregistrements (vidéos…) de la chute et la météorite semble provenir de la ceinture d’astéroïdes, en particulier de la famille des astéroïdes géo-croiseurs Apollos.

A ce jour, une centaine de kg a été retrouvée officiellement, et on estime au moins double la quantité récupérée par les habitants des environs. Les fragments retrouvés vont de quelques grammes à 2 kg.

Un peu de lecture

Si vous voulez plus de détails, je vous conseil d’aller voir ce qu’en disent la NASA, le Jet Propulsion Laboratory et la Meteoritical Society.

Publicités